Eh bien, je me suis trompée, moi qui pensais qu’il n’y avait à Saint Barth, que Chloé Chemama qui développait son art en utilisant le pour painting. Je découvre avec bonheur que Charlotte Rodriguez, elle aussi utilise cette méthode.

Ceci dit elle préfère l’appellation française de Fluidart, qui consiste à laisser faire le hasard des coulées de peinture. Les couleurs s’entremêlent, forment des lignes, des fins traits, des formes rondes, des ovales. Il est toutefois possible d’y donner des formes précises en utilisant différentes techniques de dispersion des peintures.

Charlotte nous confie qu’elle a « grandi en montagne et vécu à Nice pendant dix ans avant de voyager essentiellement vers l’Australie. Puis elle est arrivée à Saint Barth dont elle est tombée amoureuse ». Comme beaucoup d’artistes d’ailleurs. C’était il y a huit ans. Pour elle « c’est une île où elle s’est directement sentie chez elle dès le premier jour. Elle a toujours été artiste mais c’est ici que son inspiration a réellement pris naissance et lui a permis de se dévoiler dans le Fluidart. C’est quand elle prend le contrôle des couleurs qu’elle s’exprime, et quand elle le perd que tout prend son sens dans ses œuvres. Elle a vécu les moments les plus importants de sa vie à Saint Barth et chaque tableau reflète à sa manière mon épanouissement et son amour pour cette île ».

Son travail me donne l’impression d’une analyse des vagues et du ressac de l’océan, mais vu du haut. Et puis ses explosions de couleurs chaudes avec des tons plus gris sont très agréables à découvrir. Je me demande si elle n’a pas trouvé son énergie créatrice en mélangeant mer des Caraïbes et gratte-ciel New Yorkais puis ambiance Venice Beach à Los Angeles.

Bon, nous à Destination Saint Barth, on adore, alors on vous conseille de la découvrir à l’association des artistes de Saint Barths. Elle vient fraîchement de la rejoindre.

Comments are closed.